Des oiseaux suédois à la rescousse du Tétras lyre dans les Hautes Fagnes

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Tétras lyre mâle (photo : IRSNB)
10/05/2017
Des oiseaux suédois à la rescousse du Tétras lyre dans les Hautes Fagnes
post by
Charlotte Degueldre

Le Tétras lyre est un oiseau emblématique des Hautes Fagnes. C’est d’ailleurs le seul endroit où on le trouve encore en Belgique. Mais il est à deux doigts de l’extinction : ce printemps, seuls un mâle et trois femelles y ont été recensés ! Pour l’aider à reconstituer sa population, des scientifiques de l’Université de Liège et de l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique ont ramené 10 tétras lyres de Suède…

Le Tétras lyre (ou petit coq de bruyère) est l’emblème du Parc naturel Hautes Fagnes Eifel. Pourtant, en ce printemps 2017, il en restait à peine quatre individus. Chasse, destruction de leur habitat, dérangement par les promeneurs en hiver… : cela fait déjà 30 ans que leur population diminue chez nous. Et malgré la restauration récente de leur biotope, le contrôle des prédateurs et l’encadrement des touristes par les gardes forestiers du Département de la Nature et des Forêts de la Wallonie, ils ne sont  tout simplement plus assez nombreux pour que leur population se reconstitue naturellement. Il fallait intervenir !

La solution : capturer des tétras en Suède, où les populations sont importantes, et les lâcher dans leur nouveau biotope en un minimum de temps. C’est ce qu’ont fait des équipes allemandes et néerlandaises confrontées au même problème. Et avec succès : non perturbées par le processus, des femelles pondaient 10 jours après avoir été relâchées en Allemagne !

Renforcement de population

Fin avril, bénéficiant de l’expérience de leurs collègues allemands et néerlandais, des ornithologues de l’IRSNB (Didier Vangeluwe, Nicolas Pierrard et Vincent Bulteau) et de l’Université de Liège se sont donc rendus en Suède et y ont capturé 5 tétras mâles et 5 femelles. Didier Vangeluwe raconte : « Une fois les tétras lyres capturés en Suède, nous les avons ramenés et lâchés dans les fagnes en 24 heures ! Grâce à cette rapidité d’action, l’impact de la translocation sur les oiseaux est minimum. Et leur adaptation est d’autant plus facilitée qu’il ne s’agit pas d’une réintroduction – qui impliquerait que l’espèce ait totalement disparu de la zone dans laquelle elle est réintroduite – mais du renforcement d’une population : les nouveaux venus s’acclimatent très rapidement en calquant leur comportement sur celui des tétras belges. Ils ne partent pas de zéro… »

Pour le moment, l’équipe belge n’a obtenu de financements que pour une première année de travail. Mais pour Didier Vangeluwe, « nous avons toute confiance que cette action pourra se poursuivre sur plusieurs années afin de reconstituer une population minimum et ainsi, faire tout ce qu’il faut afin de sauver l’espèce de l’extinction en Belgique ! Les Hautes Fagnes et le Tétras lyre forment un couple inséparable ! »

 

Cette opération de translocation a été menée par l’ULg et l’IRSNB dans le cadre d’un programme soutenu par le Ministre wallon de la Nature, M. René COLLIN, et le Service public de Wallonie via la Département Nature et Forêts. Ce programme bénéficie également du soutien étroit de plusieurs partenaires dont le WWF-Belgique, l’entreprise Spadel et Pairi Daiza Foundation. Enfin, l’équipe belge a bénéficié de l’expérience et de la collaboration des équipes allemande (Institute for Terrestrial and Aquatic Wildlife Research (ITAW), University of Veterinary Medicine Hannover, Germany) et néerlandaises (Staatsbosbeheer et Nationaal Park De Sallandse Heuvelrug).

Categories: DO Milieux Naturels
S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top