De nombreux oiseaux au menu il y a 14.000 ans dans la grotte belge du Trou de Chaleux

ACHETEZ VOS TICKETS EN LIGNE

TICKETS !

 

Mesures à suivre lors de votre visite

Aiguilles de Chaleux. La grotte est située à gauche de cette formation rocheuse. (Photo: Marc Ryckaert).
17/01/2020
De nombreux oiseaux au menu il y a 14.000 ans dans la grotte belge du Trou de Chaleux
post by
Reinout Verbeke

Les chasseurs-cueilleurs qui vivaient le long de la Lesse pendant la dernière période glaciaire exploitaient de nombreuses espèces d'oiseaux différentes. Quelques restes d'oiseaux suggèrent que les humains leurs ont attribué une valeur symbolique. C’est ce qui ressort de l’analyse d’approximativement 500 restes d'oiseaux provenant de la grotte du Trou de Chaleux, près de Dinant. Les ossements ont environ 14.000 ans et ont été récoltés au XIXe siècle.
En 1865, le géologue Edouard Dupont, plus tard directeur du Musée des sciences naturelles à Bruxelles, a récolté de nombreux restes squelettiques de mammifères, d'oiseaux et de poissons lors de ses fouilles dans la grotte de Trou de Chaleux, ainsi qu'un grand nombre d’artefacts préhistoriques (dont la Dalle de Chaleux). La plupart des découvertes ont déjà été étudiées de manière approfondie, à l'exception des restes d'oiseaux. Des chercheurs de l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRSNB) les ont maintenant examinés.

De l'oie au harfang des neiges

Les chasseurs-cueilleurs de nos régions exploitaient principalement des mammifères il y a 14 000 ans, car ils fournissent plus de viande et aussi de matière première pour fabriquer des outils, entre autres. Pourtant, la moitié des ossements trouvés dans la grotte de Chaleux proviennent d'oiseaux. « Les oiseaux étaient donc une partie importante de leur palette alimentaire », explique le chercheur Quentin Goffette (IRNSB). « Les chasseurs-cueilleurs ont dû passer un certain temps à chasser les oiseaux ou à installer des pièges et à placer des filets, même si leur technique de chasse aux oiseaux nous sont largement inconnues. »

Les chercheurs peuvent exclure qu’une partie des restes aient été accumulés par des prédateurs naturels, vu les traces de découpe claires qui y ont été observées. Quels oiseaux les gens ont-ils exploités ? Ceux-ci incluent des canards, cygne, oie, lagopèdes, harfang des neiges et grand corbeau.

Le grand corbeau, un oiseau au statut particulier?

Un nombre impressionnant d'ailes d'oie ont été trouvées, dont les grandes plumes de vol ont vraisemblablement été extraites avec des outils en pierre. Les longs os des ailes ont été utilisés pour fabriquer des objets qui ont parfois été décorés. Mais les chercheurs n'ont toutefois pas pu confirmer avec certitude que les objets produits ont réellement été utilisés, faute de traces d’utilisation. Pour d’autres ossements, les chercheurs ont plus de certitudes, comme pour un os de cygne qui a été utilisé pour produire des aiguilles.

De manière remarquable, les doigts de grand corbeau ont été prélevés. Selon les chercheurs, cela indique que les personnes qui vivaient dans la grotte les utilisaient à des fins symboliques. Le corbeau est un oiseau impressionnant en Europe du Nord, avec son plumage noir et son large répertoire de chants et de cris. Il peut même imiter des sons. L’utilisation des doigts de grand corbeau a également été mise en évidence dans deux sites magdaléniens en Allemagne - Gönnersdorf et Andernach-Martinsberg. Au Trou de Chaleux, la découverte de griffes d'aigle royal et de harfang des neiges présentant des polis suggérant qu'ils ont été portés par l’Homme, renforcent la valeur symbolique possible de ces grands oiseaux.

Par ailleurs, un morceau d'ivoire provenant du même site a été sculpté en forme d'oiseau, avec des incisions évoquant les ailes et les plumes. Des artefacts façonnés en forme d'oiseaux ont également été trouvés sur les deux sites allemands. « Une autre indication que les oiseaux étaient importants pour les chasseurs-cueilleurs à l'époque dans le nord-ouest de l'Europe », dit Goffette.

L'article est publié dans le Journal of Archaeological Science: Reports.
 

S'abonner à Royal belgian Institute for natural Sciences News
Go to top